logo-powerpoint-couleur

 

 

 

 

 

 

 

Cannabis : vous informer

En France, le cannabis est classé comme stupéfiant. C’est une plante dont l’espèce la plus répandue est le Cannabis sativa (chanvre indien) et ses effets neuropharmacologiques sont essentiellement dus au delta9-Tetra-Hydro-Cannabinol (THC). Le cannabis se présente sous 3 formes : l'herbe (feuilles, tiges et fleurs séchées), la résine (le "haschisch") et l'huile (plus concentrée en principe actif). Généralement, l'herbe et le haschisch se fument sous forme de "joint" (avec du tabac, sous la forme d'une cigarette roulée). L'huile est plutôt consommée à l'aide d'une pipe. Plus marginalement, le cannabis peut aussi être ingéré, incorporé dans des préparations alimentaires (space-cake) ou bu (infusion).

Les consommateurs peuvent ressentir un état de détente, de bien-être, accompagné d'une modification des perceptions. Les effets sont variables : légère euphorie accompagnée d'un sentiment d'apaisement, légère somnolence, mais aussi parfois malaise, tremblements, vomissements, impression de confusion, d'étouffement, angoisse très forte. La concentration et la mémoire immédiate sont diminuées, tout comme la perception visuelle, la vigilance et les réflexes.

Les risques d'une consommation régulière sont multiples :

- difficultés de concentration, difficultés scolaires

- isolement social, perte de motivation

- risques liés aux contacts avec des circuits illicites pour obtenir le produit

- apparition, révélation ou aggravation de troubles psychiques : des syndromes d'anxiété et de dépression jusqu'à la panique, les bouffées délirantes et même la schizophrénie.

La consommation régulière de cannabis peut induire une dépendance chez certains usagers. Elle se traduit par des symptômes physiques de sevrage à l’arrêt (agitation, irritabilité, anxiété, céphalées, perturbations du sommeil, troubles digestifs, etc.) se mêlant éventuellement à ceux de l’arrêt du tabac. Ceux-ci régressent après une ou plusieurs semaines et c’est essentiellement la dépendance psychique, plus durable, à l’origine de l’envie répétée de reprendre du cannabis, qui constitue une limite à l’interruption des consommations.

Source : OFDT (Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies)